jeudi 12 mai 2016

Brésil : la présidente Dilma Rousseff écartée du pourvoir


Suspendue du pouvoir ce jeudi 12 mai, pour une durée de 180 jours, la présidente du Brésil,
Dilma Roosseff, est accusée de maquillage de comptes publics, et se voit contrainte de céder son fauteuil à son vice-président Michel Temer... ironie du sort, accusé lui aussi de corruption.

C’est ce jeudi que, comme prévu, le Sénat brésilien a confirmé quelques heures plus tôt et par un vote massif (55 sénateurs sur 81) l’ouverture d’un procès à la encontre de la présidente, pour maquillage des comptes publics, entraînant automatiquement la suspension de Roosseff à la tête de la septième puissance économique mondiale.

Néanmoins, Elle a appelé les Brésiliens à "se mobiliser" contre ce qu’elle considère comme un "coup d’État." "Ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement mon mandat, c’est le respect des urnes, de la souveraineté du peuple brésilien et de la Constitution ", a déclaré la chef de l’État suspendue.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire