lundi 27 juin 2016

Cameroun: Quatre morts dans une mine d’or


Le dernier cas est un enfant de sept ans noyé dans un trou d’or, le 14 juin dernier. Un trou d’or
non restauré vient encore de faire une victime, à Kambélé Boukarou, près de Batouri, chef-lieu de la Kadey.

Au soir du 14 juin 2016, cette localité a perdu un de ses fils en la personne de petit Mboutou, âgé de sept ans. Il s’est noyé alors qu’il s’amusait le long de cette fosse béante, couverte d’eau, avec son cousin, qui, lui, a eu la vie sauve grâce à sa prudence.

Selon Monique Dja, orpailleuse à Kambélé, rencontrée sur le lieu du drame, dès que Mboutou, l’infortuné, s’est engouffré dans le lac d’or, l’autre enfant qui avait l’air amusé s’est aussitôt tu. Ne maîtrisant pas l’ampleur du danger, il croyait naïvement que son frère reviendrait à la surface, pour continuer la partie de jeu. Le malheureux pousse des cris de détresse au début, puis plus rien. Sur ces entrefaites, des riverains accourent et s’organisent pour extraire la victime. La fosse mouvante est profonde de plusieurs mètres. La stratégie villageoise consiste alors à utiliser du matériel rudimentaire. Après plusieurs heures, le petit Mboutou est extrait inerte de ces eaux salées. Le lendemain, il est enterré quelques jours plutôt, ce même village pleurait un jeune homme de 20 ans et une femme avec son nourrisson de six mois. Ils avaient été engloutis, eux aussi, dans un trou d’or de plusieurs mètres de profondeur. Ce qui fait donc quatre morts en un mois dans cette unité administrative.

Selon Emmanuel Bob-Iga, sous-préfet de Batouri, ces drames sont pourtant évitables, si les exploitants miniers restauraient les trous, conformément à leur cahier de charges, contenu dans le code minier. Cette irresponsabilité expose donc les riverains des sites miniers de la région de l’Est au risque d’éboulement et de noyades.

Source: Cameroon Tribune

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire