vendredi 7 octobre 2016

People: le chanteur Corneille raconte son viol dans une autobiographie


Dans son autobiographie baptisée "Là où le soleil disparaît", le chanteur
canadien d’origine rwandaise Cornelius Nyungura dit Corneille, a fait des révélations sur sa vie faite de blessures secrètes et de traumatismes, il revient notamment sur le massacre de sa famille pendant le génocide rwandais.

« Je savais qu'écrire cette douleur passée, c'était mettre des petites cuillerées de pili-pili sur la chair encore fraîche d'une plaie que je voulais à tout prix croire fermée » explique le chanteur, désormais père de deux enfants.

L’artiste raconte également dans son livre, qu’à l’âge de 6 ans, il a été victime d’un viol venant d’un membre de sa famille. « J'avais 6 ans et demi quand ma tante a abusé de moi, emportant mon innocence d'enfant avec elle. Cela a eu forcément des répercussions sur ma sexualité et mon rapport aux femmes. Jusqu'à ce que je rencontre mon épouse, Sofia, je n'avais pas mesuré l'étendue des dégâts du viol dont j'ai été la victime... » Révèle-t-il avec émotion à Paris Match.

Sur le génocide Rwandais des Tutsis par les Hutus, Corneille se remémore. « Il est à peu près deux heures du matin. Ma mère entrouvre la porte de ma chambre et me demande de me lever » Dehors, deux soldats font brusquement irruption dans le salon et arrosent la pièce de balles. Ses parents, ses deux frères, Christian et Florian, et sa petite soeur, Delphine, sont abattus. Le chanteur, alors âgé de 17 ans, se cache derrière un divan et survit par miracle. « J'entends une dernière respiration, celle d'un survivant peut-être ? C'est ma petite sœur Delphine [...] Les bourreaux sont partis, tels de lâches fantômes. Ils ont fui l'horreur de leur propre crime » raconte l’auteur de "Parce qu’on vient de loin" qui s’est enfui après ce tragique évènement, au Zaïre chez un couple allemand, des amis de ses parents, avant de rallier l'Allemagne.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire